Deux façons de voir la vie

Il n’y a que deux façons de voir la vie.

L’une en faisant comme si rien n’était un miracle, l’autre en faisant comme si tout était un miracle.

Albert EINSTEIN

Un pèlerin en route vers Chartres voit un homme fatigué, suant, qui casse des cailloux.

Il s’approche de lui :

– Que faites-vous, Monsieur ?

– Vous voyez bien, je casse des cailloux, c’est dur, j’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai chaud. Je fais un sous-métier, je suis un sous-homme.

Continuant, il voit plus loin un autre homme qui casse des cailloux, lui n’a pas l’air mal :

– Monsieur, que faites-vous ?

– Eh bien, je gagne ma vie. Je casse des cailloux, je n’ai pas trouvé d’autre métier pour nourrir ma famille, je suis bien content d’avoir celui-là.

Poursuivant son chemin, le pèlerin s’approche d’un troisième homme, casseur de cailloux lui aussi, souriant, radieux.

– Moi, Monsieur, dit-il, je bâtis une cathédrale..

Les faits sont les mêmes. Trois hommes cassant des cailloux aux abords de la ville de Chartres. Cependant, le sens que chacun des trois hommes attribue au fait de casser des cailloux est totalement différent. Et de ce fait, leur vie même est différente..

Quand on a une cathédrale dans la tête, on ne casse pas les cailloux de la même façon..